extrait éclats de coeurs

Publié le par Paul Freval

ça a été enfin... c'est faire que les choses rime à quelque chose. L'avantage c'est qu'il n'y a pas de travail, c'est le côté assez sublime et très à contre temps de tout finalement, je veux bien qu'on dise ça m'a donné du fil à retordre mais ça dure quoi... cela dure un quart d'heure, peut-être une heure, ou alors quelques minutes par çi par là, et encore.

la roman c'est très différent, même la nouvelle, cela demande quand même un travail considérable, quand il s'agit surtout de relire, de retravailler, que l'histoire tienne un peu debout. Le cinéma c'est déjà une organisation d'entreprise; on peut commencer un poème en sachant qu'on va crever le lendemain, pas un film, ou alors on s'appelle Eustache, ou des gens comme ça. La peinture, je connais assez mal la peinture, mais ça pourait se rapprocher de la poésie, mais par pour toutes les peintures. Je crois que la honte de la poésie tient à cela.

(extrait d'Eclats de Coeurs)

Publié dans Roman - Nouvelles

Commenter cet article