Le poids du monde

Publié le par Paul Freval

http://xhamster.com/
Entre un barrage de flics et un portail fermé
            Et des murs pour me guider vers la liberté
             Les gardes surgissent et vont m'emporter
            Je ne suis pas mort puisqu'ils vont m'emporter
 
            Vers un nouvel univers où tout sera changé
            Nous irons sûrs et nous pourrons fumer
            Notre esprit sera lavé
            Nous aurons quitté les lieux pourris
Les petites vies ! Les petites vies !
            Aux esclaves séchés
            Et nous serons ravis
            De tout recommencer.

http://www.eroxia.com/

thumb-landes-pointe-du-van-copie-1.jpg

Jean Gorzar, après L’Air Rance, se jette d’une falaise du Finistère. 
Paul avec Guillaume au téléphone :
_« Ecoute…Vu comment les choses se passent réellement par rapport à ce qu’on avait projeté avec Jean, je préfère t’envoyer une sorte de journal, je ne ferai pas de photos non plus, peut être des dessins, on verra… »
 
Paul traversa la rue
Et la vie et la vue
Paul a le réel
Paul a la part belle


http://www.kodiefiles.nl/movie/
times-sq.jpg

            Paul traversa l’avenue. En voiture une femme. Ils s’échangent un regard : chacun attend de l’autre un signe. Allait–elle s’arrêter et ne pas écraser l’espoir de Paul : aller d’un côté à un autre ? Ce fut comme une grande découverte : Paul figé, enfin défait de ses affectations, avait devant lui l’image de l’amour perdu et retrouvé. Elle avait souri et c’est ce sourire qui allait perdre Paul. Tout autour de ce sourire, une terrible fleur du centre du visage touchant Paul au cœur, ses diaboliques éphélides, le mouvement fou de son cou : tout en elle avivait le désir. Et puis la malice au faîte, elle leva la main à hauteur d’épaule et l’ouvrit tendu vers l’autre bord, l’aurore, qui attendait Paul. Il fit des pas qu’il ne maîtrisait plus qu’à peine, abasourdi, comme revenu d’une tempête, et traversa la rue, et autres choses encore

Publié dans Roman - Nouvelles

Commenter cet article