ne passer (l'é )ponge

Publié le par Paul Freval



qu'on s'en persuade : il nous a fallu quelques raisons impérieuses pour devenir ou pour rester poètes. Notre premier mobile fut sans doute le dégoût de ce qu'on nous oblige à penser et à dire, de ce que à quoi notre nature d'hommes nous oblige à prendre part

Publié dans (Con)sidérations

Commenter cet article