Mille plateaux (44)

Publié le par Paul Freval

A un moment je n'ai plus du tout eu le temps de faire quoi ce soit. Ma position était simple. Faire quoi un roman abouti peut-être, mais ça n'est pas le principal. Je ne vous parle pas de politique. J'ai finalement dû chosir entre lire et écrire. Je ne sais toujours pas lequel des deux se trouve du côté positif, distinguer ce qui est passif ou actif. J'ai cherché à savoir si la vie pouvait être bonne. Alors le texte dans cette problématique devient une passion. rien que de l'énoncer cela me rend heureux.

j'aurais dû me douter que j'étais plutôt fait pour dire l'impossibilité et qu'en la disant, par chance, j'aurais a faire avec l'impossible

Publié dans Vers versus

Commenter cet article