on the road (12 13 14)

Publié le par Paul Freval

pour moi ca s'est bien passé
mais pour les autres qui sont restés.
c'est toujours la même merde
ils en sortiront pas
il faut leur balancer des bouées,
pas des cordes.

Allez cloclo comme
Dio-o-gène
dit ce que ça fait
de se branler dans un carton
dit-aux-jeunes
dit ce que ça fait
aux yeux des passants

On sait pas où on va
ils sont paumés aussi
ils ont les boules
mais tiennent tête
ils ont de la gueule
ils sont sympa
c'est plus comme avant
ils savent pas ce qui les attend
quelque chose les attend
mais personne.


_Mon plaisir dans la vie? ils sont nombreux !
j'aime faire ma loque et dégouter un peu la bourgeoise, les femmes ne s'imaginent pas faire l'amour avec moi, vu ma gueule, pourtant je suis pas mal.
Mais m'é
taler comme une grosse merde
contre un mur déguelasse
et en plein soleil, m'entourer d' un carton
en carton
et dedans, une fois bien protégé
vomir
vomir deux fois et
dormir.
Je suis sûr que parfois, au fond d'eux, dans leur petites têtes tranquilles, de passants de ville, les gens aimeraient voir ce que je vois, voir avec mes yeux et avec ma souffrance comme le monde palpite.
Je suis sdf, je suis en train de devenir clochard.


Publié dans Vers versus

Commenter cet article