Lire ce poème procure de la joie

Publié le par Gozar

 

arrêter la bière

arrêter la nuit
de nuire à mon corps

histoires d'hier
sans bruits
des images in air

pour nourrir aujourd'hui
de souvenirs muets
Eros embailonné


Le présent mon tourment.
mes fantasmes sont à la cause
de mon asthme


Je me souviens de ses seins
de sa croupe de son sexe
et des éphélides autour de son nez

Je me souviens très bien de la marque de son maillot
et du jeu que je jouais
de sa voix de son rire

C'est un souvenir
qui n'en fini pas de finir
aux mille facettes

Vraiment je regrette
d'avoir laisser fermée
ma braguette.

quand je pense à Maxence
je me dis que l'amour
vaut mieux que l'amitié

Que rien n'autre n'a de sens
que l'amour tout entier
le reste c'est de l'instance

de l'aléatoire, de la probabilité

Publié dans Vers versus

Commenter cet article