artistes sans oeuvre ou la désublimation

Publié le par Paul Freval

il a passé trois jour à l'hotel Mucha, à quelques centaines de mètres du centre historique. Le recetionniste se souvient d'une journée où Paul n'est pas sorti de sa chambre et l'a contacté pour que ne fasse pas le ménage. Je ne sais pas quoi penser de cette journée.
dans Dexterité, écrit à Lyon, chez Florent Dessalin, il a écrit " J'ai fait le point sur le temps que je pensais perdu : cinq heures par jours pendant dix ans. La technique est entrée dans ma vie avec l'idée de mettre tout en branle, et elle y est parvenue. Télévison, Internet, jeux videos, tout cela comble le vide qu'aurait pu combler la littérature. La seule différence est le manque de sublimation des nouvelles technoligies, telles que je les utilise du moins. Ce monde trop libre a porté l'individu à vivre soit sur la mise en valeur sans cesse renouvelée et commerciale de soi, soit dans des trous d'airs de désublimation et de clochardisation soft: je suis de la deuxième catégorie, celle qui vaut aussi pource que les analyste ont appelé des artistes sans oeuvre.

 

Publié dans Roman - Nouvelles

Commenter cet article