à propos de paul

Publié le par MLB

Paul, ivre, avança jusqu'a une fenêtre de sa chambre. Il y avait la ville. C'est que toute sa vie sa mémoire s'y tenait. Puisque ses yeux regardaient. Il s'était levé gravement de sa chaise, le geste était beau. Paul était seul. Il ne ressentait pas cette solitude. Il passait dans sa tête, sa tête était partout, ses muscles réfléchissaient le sentiment des vies. C'est comme s'il entraient dans l'intimité de tous les vivants d'un coup, inattendu, il passait par la fenêtre. Paul compris tout et tomba, raide, il bavait blanc. Il y avait ces écrits à côté. Ces oreilles se refermaient. Peu à peu les sens se perdaient. Paul ne vit plus. Il entendaient des échos bourdonnants de voix. Il ne voyait plus Liza. Il avait dans la tête le malheur incarné. Il sentait son corps comme il était lors de la conférence de presse, il avait le visage comme au restaurant, il y avait la haine pour la vie qui l'avait humilié. Il n'y avait pas d'amour. Il n'y avait pas ce pont vers l'autre rive. Paul je l'ai dit était la conscience. Paul se savait la victime d'une terrible injustice.

Publié dans Roman - Nouvelles

Commenter cet article