Carrefour

Publié le par Castoriadis

«La tentative de fonder l’égalité comme la liberté, c’est à dire l’autonomie humaine, sur un fondement extrasocial, est intrasèquement antinomique. C’est la manifestation même de l’hétéronomie. Que Dieu, la Nature ou la Raison aient décrété la liberté(ou du reste l’esclavage) nous serions toujours, dans ce cas, soumis et asservis à ce prétendu décret. La société est autocréation. Son institution est auto-institution jusqu’ici occultée. Cette auto occultation est précisément la caractéristique fondamentale de l’hétéronomie des sociétés. Dans les sociétés hétéronomes, c’est à dire dans l’écrasante majorité des sociétés qui ont existé jusqu’ici_presque toutes_on trouve, institutionnellement établie et sanctionnée, la représentation d’une source de l’institution de la société qui se trouverait hors la société, chez les dieux, chez Dieu, chez les ancêtres, dans les lois de l’Histoire. On y trouve, autrement dit, la représentation imposée aux individus que l’institution de la société ne dépend pas d’eux, qu’ils ne peuvent pas poser eux-mêmes leur loi_car c’est cela que veut dire autonomie_, mais que cette loi est donnée par quelqu’un d’autre. Il y a donc auto-occultation de l’auto-institution de la société, et cela est une partie intégrante de l’hétéronomie de la société.» (Cornélius Castoriadis, Domaines de l’homme, Les carrefours du labyrinthe).

Publié dans Sociographie

Commenter cet article